mardi 9 décembre 2008

L'étrangleur de Cater Street, Anne Perry

L'étrangleur de Cater Street est le 1er tome de la série des enquêtes de Charlotte et Thomas Pitt.

L'histoire : Anne Perry nous emmène directement dans l'Angleterre victorienne, au sein de la famille Ellison, composée de trois jeunes filles : Sarah, Charlotte et Emily. Celles-ci sont en âge d'être mariées. Charlotte est un peu une "Jo March", rebelle face à une éducation et une société très policée. Des meurtres vont avoir lieu dans leur quartier et un policier, Thomas Pitt, un drôle de personnage dégingandé, fait alors son apparition... Sa présence dérange toujours la bonne société, obsédée par l'apparence et le qu'en dira-t-on. Mais Pitt ne se laisse jamais marcher sur les pieds et poursuit ses enquêtes, incorruptible, tout en luttant pour se faire respecter malgré son statut social "inférieur".

Ce roman est le premier tome d'une série de polars victoriens bien ficelés et sympathiques. On s'attache vite à la famille Ellison, particulièrement à Charlotte, ainsi qu'à Thomas Pitt, l'enquêteur qui ne paie pas de mine! On est tout à fait plongé dans l'ambiance de la bonne société victorienne mais on a l'occasion, dans d'autres tomes, de cotoyer les bas-fonds de Londres, en suivant les enquêtes de Thomas. La précision historique n'est pas à la hauteur des enquêtes de Nicolas Le Floch, mais on peut allier le plaisir du policier avec l'ambiance feutrée de l'Angleterre du 19ème siècle...

4 commentaires:

keisha a dit…

J'aime bien l'ambiance victorienne et tous les détails intéressants. Après pas mal de Anne Perry, je me suis lassée, mais c'est normal.

Karine a dit…

Et bien moi, je n'ai pas du tout aimé... J'ai trouvé l'ambiance un peu " à l'eau de rose"... et un peu "prévisible" mais comme on ne doit jamais dire "jamais", " le secret de Noël" du même auteur me fait de l'oeil depuis plusieurs jours !

Nag a dit…

Il faut réessayer Karine! C'est vrai qu'il y a un petit côté eau de rose mais j'ai l'impression que c'est dans le premier et pas dans les suivants... Et puis... on a le droit de ne pas aimer ;)

Juliann a dit…

Ah j'aurais du venir sur ton blog hier quand je cherchais un policier victorien à offrir!!! Mince!

Notes