mercredi 19 novembre 2008

Qui j'ose aimer, Hervé Bazin


Qui j'ose aimer
est définitivement l'histoire d'une lignée de femmes. Une histoire compliquée et qui se perpétue...

L'histoire: A "La Fouve", Isa a grandi avec sa mère, l'employée de maison bretonne et sa petite soeur handicapée, sans homme. Mais sa mère présente un jour son nouveau mari qui va devoir trouver sa place au milieu de ces femmes, dans la campagne nantaise. La réprobation du voisinage, l'ambiguïté des relations entre Isa et son beau-père, la maladie de la mère vont provoquer de nombreux drames dans la vie de ces femmes.


Un très très beau roman sur une lignée de femmes courageuses, libres, fières qui se débrouillent toujours sans homme. Etonnant que ce roman ait été écrit par un homme... J'ai aimé la liberté d'Isa ainsi que son audace, les paysages d'une région que je connais bien, le style franc, vrai et tendre. Une belle histoire qui mêle la tourmente familiale sur fonds de réprobation sociale. Hervé Bazin est connu pour ses romans sur la famille et il montre, dans cet ouvrage, une grande habilité à décrire la psychologie des personnages, sans jamais juger et avec beaucoup de douceur et de justesse. J'ai été d'abord attirée par le titre de ce roman, peu commun, et j'ai vraiment apprécié cette lecture.

2 commentaires:

keisha a dit…

Hervé Bazin est bien oublié mais il a écrit des livres forts sur de beaux sujets, comme Vipère au poing, ... Ton article me ramène des années en arrière, lors de ma "période Bazin".

Nag a dit…

Je suis bien d'accord avec toi Keisha, Hervé Bazin ne mérite pas d'être oublié! J'avais lu Vipère au poing et je m'y suis remise après une descente dans ma bouquinerie favorite. et depuis, je ne m'en lasse pas: toujours des livres forts en émotions, tendre... j'aurais l'occasion d'en commenter d'autres, notamment Le Matrimoine, Vipère au poing, La mort du petit cheval...

Notes